Hausse CSG et baisse cotisations : il y aura des perdants!

Le gouvernement entend bien mettre en place la réforme qu’avait annoncé Emmanuel Macron alors candidat à la présidentielle concernant une hausse de la CSG et une suppression de quelques cotisations salariales, afin d’accroître le pouvoir d’achat des ménages.

Hausse de la CSG et baisse de cotisation : certains vont perdre du pouvoir d’achat

Le concept est assez simple : d’un coté il est prévu d’augmenter la CSG de 1,7 point et de l’autre il est prévu de supprimer les cotisations salariales d’assurance chômage et d’assurance maladie, qui sont respectivement aux taux de 2,4 et 0,75% (du salaire).
Pour les salariés cette réforme devrait permettre un gain de l’ordre de 1,45% sur leur salaire par rapport à la situation actuelle. Pas énorme certes mais mieux que rien.

Mais la situation se complique pour les retraités qui paient de la CSG mais pas de cotisations salariales d’assurance chômage ou maladie, ainsi que pour les personnes relevant du régime des salariés mais ne versant pas l’assurance chômage puisqu’il n’y ont pas droit, ce qui est le cas des présidents de SAS et des gérants minoritaires de SARL notamment, ou encore pour les non salariés qui ne versent pas non plus d’assurance chômage puisque, s’ils se retrouvent sans emploi, ils ne peuvent en bénéficier (sont ici concernées toutes les personnes relevant du RSI, y compris les gérants majoritaires de SARL).

En effet, les retraités vont subir la hausse de la CSG sans bénéficier de réduction ou suppression de cotisations. Par ailleurs les présidents de SAS et gérants minoritaires de SARL relevant du régime salarié vont également devoir supporter la hausse de CSG de 1,7 point qui ne sera compensée que par la suppression de la cotisation d’assurance maladie au taux de 0,75%. Il semblerait que pour les non salariés, dont les gérants majoritaires de SARL, une baisse de charges sociales soit prévue mais à ce jour rien d’officiel ni de chiffré.

Entrepreneurs, gérants et retraités pourraient perdre du pouvoir d’achat

Concrètement, il ressort que dans l’état actuel des choses les salariés « classiques » bénéficieront bien d’une hausse du pouvoir d’achat grâce à cette hausse de la CSG compensée par une suppression des cotisations salariales d’assurance chômage et maladie mais que tous les gérants, présidents et autres entrepreneurs ainsi qu’une bonne partie des retraités risquent d’y perdre du pouvoir d’achat.
Si c’est effectivement le cas, ce sera un mauvais signal de plus envoyé aux personnes qui créent des entreprises et des emplois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *