Durcissement du malus auto 2020

C’était à prévoir, le malus auto 2020 va être une fois de plus durci. Au final le système initial de bonus-malus s’en transformé en simple malus.

Les députés ont adopté à une large majorité le 17 octobre, dans le cadre de l’examen de la loi de finances 2020, le nouveau barème de malus qui entrera en vigueur le 1er janvier. Le seuil de déclenchement est abaissé à 110 g/km (au lieu de 117 actuellement), les montants grimpent plus vite et le malus maximal, qui a été augmenté de 2000 euros, arrivera 18 grammes plus tôt.

Désormais tout véhicule émettant 110 g/km de CO2 sera soumis à ce malus, qui débute à 50 euros pour atteindre au maximum 12.500 euros pour les émissions supérieures à 172 g/km. Ainsi, en achetant en 2019 une voiture émettant 116 g/km on échappe au malus alors que si l’achat est effectué en 2020 le malus est de 190 euros.

Ainsi de nombreux modèles qui étaient exemptés de malus en 2019 ne le seront plus en 2020. On estime que plus de 54% des véhicules immatriculés en 2020 subiront le malus alors qu’en 2019 seuls 37% étaient concernés, soit une hausse de près de 50%. Cela ne ravit pas les constructeurs ni les acheteurs, par contre le gouvernement peut se réjouir puisque, sous couvert de lutte contre la pollution, c’est près de 800 millions d’euros qui seront récoltés grâce à ce durcissement du malus auto 2020.

Chaque année ou presque les gouvernements successifs s’empressent de durcir le malus auto afin de faire rentrer toujours un peu plus d’argent dans les caisses de l’Etat. Ainsi, en seulement 3 ans, les sommes collectées ont quasiment doublé alors que parallèlement le bonus a presque totalement disparu, ne concernant plus que les véhicules 100% électriques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *