Loi Macron : la mobilité bancaire s’impose de plus en plus

Les français ont depuis quelques années la possibilité de changer de plus en plus facilement de banque, et ce phénomène devrait s’étendre encore un peu plus au fil des prochains mois.
En effet, la plupart des banques ont mis en place un service d’aide à la mobilité bancaire, qui permet à la nouvelle banque d’effectuer toutes les démarches à la place du client. Et, à compter du 06 février 2017 une disposition figurant dans la loi Macron va faciliter encore un peu plus le passage d’une enseigne à une autre.

La loi Macron va accroître la mobilité bancaire

Passer d’une banque à autre va donc devenir bien plus simple pour les usagers : il suffit de fournir à la nouvelle banque les informations relatives au compte dans la banque que l’on quitte, et la banque qui vous accueille va se mettre en relation avec la banque que vous quittez afin de procéder au transfert du compte mais aussi, et surtout, va se charger à votre place de toutes les formalités à faire auprès des organismes qui vous versent ou à qui vous versez de l’argent, c’est notamment le cas de l’employeur qui verse le salaire, de la CPAM, de la complémentaire santé, éventuellement de la CAF, mais aussi des prélèvements réalisés par le trésor public, les fournisseurs d’énergie, le fournisseur d’accès internet…
Il s’agit là de tâches fastidieuses qui seront désormais prises en charge intégralement, et sans frais par la nouvelle banque.

La nouvelle législation entrant en vigueur voulue par l’ancien ministre de l’Economie Emmanuel Macron a pour objectif de stimuler la concurrence bancaire et ainsi de permettre à un usager de pouvoir changer plus facilement d’établissement. En effet, si chaque fois qu’un usager souhaitait changer de banque il devait faire l’ensemble des démarches d’informations des organismes versant ou prélevant directement sur son compte il était généralement rebuté par la lourdeur du processus et par le fait qu’il devait avoir deux comptes ouverts simultanément pendant plusieurs mois, l’ancien et le nouveau, ce qui impliquait des frais bancaires globaux plus élevés et par conséquent annihilait au moins partiellement l’économie censée être réalisée en changeant de banque pour une moins chère par exemple.

Alors qu’en 2016 seuls 4% des détenteurs de comptes bancaires avaient réellement changé de banque, il se pourrait fort que ce chiffre progresse. En effet ce sont près de 12% des détenteurs de compte qui affirment vouloir changer d’établissement mais qui ne l’ont pas fait jusque là à cause de la lourdeur de cette démarche. On le voit cette disposition de la loi Macron pourrait bien accroitre fortement la mobilité bancaire, et pas uniquement vers des banques moins chères car bon nombre d’usagers annoncent vouloir changer pour obtenir plus de services ou une nouvelle relation.
Rappelons néanmoins que cette mobilité bancaire n’est possible que pour les comptes courants auxquels ne sont pas rattachés des crédits immobiliers ou des assurances-vie, dans ces derniers cas la nouvelle banque devant également reprendre ces éléments ce qui complique réellement le changement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *