10 Astuces pour payer moins d’impôt !

Aujourd’hui, nous allons revenir sur dix astuces qui permettent de réduire son impôt sur le revenu. L’article est rédigé par Thibault DIRINGER, expert en fiscalité et gestion de patrimoine, qui propose des articles simples et pédagogiques pour que chacun ait accès aux conseils gratuitement sur son blog : https://www.corrigetonimpot.fr/.

En France, l’impôt est déclaratif ce qui s’avère être un piège pour une grande majorité des déclarants. Si l’administration fiscale s’assure que les revenus fiscalisés soient bien pré-remplis, elle laisse le contribuable déclarer seul les points qui permettent de minorer l’impôt. De fait, la majorité des personnes passent à côté de déductions ou réductions fiscales pour les raisons suivantes :

  • Méconnaissance de la loi : si on ne sait pas qu’on a le droit à des avantages fiscaux, on passe à côté ;
  • Complexité de la déclaration : remplir la mauvaise case ou le mauvais montant sur une déclaration complexe qui est souvent synonyme de corvée nous amène à payer trop d’impôt.

L’article recense dix erreurs fréquentes qui concernent tout le monde que nous retrouvons régulièrement comme source d’erreur. Si vous êtes concerné, sachez que la loi vous permet de corriger la déclaration pendant 3 ans. Un simple courrier au fisc vous permettra de récupérer le trop payé. Les contribuables non imposables sont concernés également : ils peuvent récupérer de l’argent sur des crédits d’impôt et les déductions oubliées engendrent un revenu fiscal de référence trop haut qui a des conséquences négatives sur leurs aides sociales et leurs taxes locales.

10 erreurs à éviter pour payer moins d’impôt :

  • Les frais réels : kilomètre uniquement ?

L’option pour la déduction des frais réels permet aux salariés de déduire le montant exact de leurs dépenses professionnelles plutôt que la déduction forfaitaire de 10% qui est appliquée automatiquement. Les contribuables connaissent souvent cet aspect et la case associée sur la déclaration (1AK). Cependant ils se contentent d’enlever leur frais kilométrique et parfois leur frais de repas.

C’est une erreur, il existe plus de 20 frais réels que l’on peut intégrer. On peut citer les frais de déménagement, les frais de procès, les frais de vêtements réservés à 8 professions spécifiques, les frais de formation, de documentation….. Certains métiers sont particulièrement privilégiés comme les professeurs, VRP, instituteurs, journalistes… le fisc considère qu’ils ont besoin de travailler à la maison et les autorise à intégrer toutes les dépenses liées au bureau du domicile. Cela comprend une partie des loyers, de la taxe d’habitation, du chauffage, l’achat des fournitures, des ordinateurs…. Toutes ces dépenses peuvent rejoindre les frais réels et leur permettre de défiscaliser.

De la même manière, les infirmiers, musiciens, danseurs, professions artistiques, chômeurs, étudiants, ouvriers… ont tous des frais spécifiques à leurs métiers. Nous vous invitons à suivre le détail de toutes les déductions avec ce que vous avez le droit d’intégrer ou non, les textes en vigueur et les règles de calcul dans notre vidéo : tous les frais réels déductibles.

  • Maison de retraite : si vos grands-parents paient de l’impôt, soyez vigilant !

Les personnes âgées en maison de retraite sont souvent victime des déclarations complexes. Elles ont le droit à une réduction d’impôt de 25% des sommes payées à l’établissement pour le logement et la nourriture. La réduction peut atteindre 2 500 €, de quoi annuler l’impôt de manière efficace. Encore faut-il le savoir (il est rare que les maisons de retraite donnent un justificatif) et connaître la case à remplir qui est cachée en fin de page 4 !

Une réduction régulièrement oubliée qui amène nos ascendants à payer de l’impôt. N’hésitez pas à leur poser la question : si ils paient de l’impôt, il y’a fort à parier qu’une correction de leur déclaration est possible.

  • Enfant majeur qui habite chez ses parents

Une situation fréquente, l’enfant habite toujours au domicile parental mais travaille ou a passé l’âge d’être rattaché au foyer fiscal. Il a donc sa propre déclaration d’impôt. Pour autant, les parents ont droit à une déduction car ils logent et nourrissent l’enfant. Un forfait existe de 3 407 € par an. Il peut être utilisé en totalité ou au prorata si l’enfant est resté quelques mois seulement.

Un montant qui doit être indiqué en case 6EL : « autres pensions versées à un enfant majeur ». Bien entendu, l’enfant devra intégrer ce montant dans les pensions reçues sur sa déclaration.

  • Déductions des revenus fonciers

Louer un bien en vide et percevoir des loyers est quasi-systématiquement source d’erreur. D’une part il faut faire le bon choix entre le régime réel et le régime micro-foncier. D’autre part, les contribuables oublient très souvent des charges déductibles au régime réel. L’impact est double puisque vous payez alors trop d’impôt mais aussi trop de prélèvements sociaux ! Vérifiez que vous avez bien déduits au régime réel les travaux (tout sauf gros travaux de reconstruction et démolition), les intérêts du prêt, l’assurance emprunteur, l’assurance habitation, la taxe foncière hors ordures ménagères, 20 € par local…. La liste est non exhaustive.

Astuce sur l’erreur la plus fréquente : les honoraires que vous payez à un professionnel qui vous assiste sur la déclaration des revenus fonciers. Si l’expert-comptable est compétent, il distinguera sur la facture la partie des honoraires nécessaire à la déclaration du foncier 2044. Ainsi, vous pourrez les déduire l’année suivante et récupérer impôt et prélèvements sociaux.

  • Résidence principale acquise avant 2011

Un crédit d’impôt qui n’existe plus : les contribuables qui ont acquis leur maison avant 2011 avaient droit à un crédit d’impôt sur une partie des intérêts. Un dispositif où même les personnes non imposables récupèrent des sommes (le fisc faisant des chèques pour les crédits d’impôts) !

Fait intéressant, le crédit d’impôt s’étale sur plusieurs années. Ainsi, on constate que certains contribuables qui avaient droit à ce crédit d’impôt ne l’ont pas sollicité. Une erreur puisque les sommes récupérées sont de plusieurs milliers d’euros. Il est encore temps d’agir si vous êtes concerné : en corrigeant les déclarations des dernières années, le fisc vous restitue l’avantage fiscal pour la déclaration 2016 sur les revenus 2015 et 2015 sur les revenus 2014. Une astuce à partager qui permet aux contribuables concernés de percevoir jusqu’à 3 000 € en un courrier.

Pour découvrir les cinq astuces suivantes, nous vous invitons à suivre l’article initial rédigé par notre partenaire Thibault DIRINGER sur le blog de corrigetonimpot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *