La fiscalité selon le type d’investissement locatif

Les dispositifs d’investissement locatif, défiscalisants ou non, sont finalement assez peu nombreux, mais la fiscalité pesant sur l’investisseur peut être lourde. Etre bien informé permet de bien choisir.
Il faut commencer par sélectionner un éventuel dispositif d’incitation fiscale à l’investissement locatif : Pinel, Denormandie (similaires au Pinel mais dans l’ancien avec des travaux), Girardin, Malraux, Monuments historiques ou encore Censi-Bouvard.

Les lois de défiscalisation :

La défiscalisation avec les lois Pinel et Denormandie est relativement simple : réduction d’impôt correspondant à 2% de la valeur du bien chaque année pour une location pendant 6 ou 9 ans, et 1% par an pour les années suivantes si la location est prolongée sur 3 années de plus.
Le Censi-Bouvard LMNP permet de bénéficier d’une réduction d’impôt de 11% de la valeur du bien sur une période de 9 ans.
Coté Malraux et Monuments historiques on s’adresse ici à des contribuables fortement imposés, nous vous invitons à consulter les articles dédiés à ces dispositifs.

La fiscalité des revenus fonciers :

Coté fiscalité les revenus fonciers sont imposés au taux de l’impôt sur le revenu auquel le contribuable est assujetti, ce qui peut donc vite monter à 41%. Mais ce n’est pas tout, les revenus fonciers sont aussi soumis aux prélèvements sociaux au taux de 17,2%.
Cependant il est possible d’optimiser le montant imposable de ses revenus fonciers en optant pour le bon régime fiscal.

A moins de passer par une société d’investissement locatif clé en main il faudra tenir compte des régimes fiscaux suivants.
Dans le cas de location de logement on peut choisir entre le micro foncier ou le foncier réel. Le foncier réel permet de déduire les charges, alors que le micro foncier permet de bénéficier d’un abattement automatique de 30%. On le voit s’il y a peu de charges à déduire, en optant pour le micro foncier on profitera de l’abattement qui sera supérieur au niveau réel de charges.
Pour la location meublée, on peut opter au choix pour le micro-BIC ou le régime réel. Le micro-BIC permet de bénéficier d’un abattement forfaitaire de 50%, à condition que les revenus annuels de cette activité de location en meublé ne dépassent 70.000 euros.

Enfin, n’oubliez pas qu’en cas de revente vous devrez composer avec la fiscalité pesant sur les éventuelles plus values.

Retrouvez en détails les différents régimes fiscaux afin de faire le bon choix dès le début.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *