Faut-il encore investir dans l’immobilier

Les futures lois attendues prochainement portées par le nouveau gouvernement vont, semble t-il, impacter l’épargne, avec notamment la hausse de la CSG et la mise en place d’une flat tax, ainsi que l’immobilier.

En effet, à compter de 2018 sans doute, les intérêts provenant de livrets fiscalisés ainsi que les versements sur les contrats d’assurance-vie dépassant les 150.000 euros seront soumis à une taxe à taux unique de 30% qui viendra en remplacement du doublé actuel prélèvements sociaux + impôt sur le revenu. Le taux sera donc le même pour tout le monde sans plus prendre en compte le taux d’imposition individuel. De plus la hausse de la CSG aura aussi un impact négatif sur les gains des PEA notamment.

Doit-on encore investir dans l’immobilier ?

L’autre point concerne l’immobilier que le président Macron considère comme étant non productif et qui devrait donc rester la seule valeur de calcul de l’ISF puisque les actions et autres investissements financiers devraient en être retirés.
Hors avec des taux d’intérêt très bas depuis plusieurs années (on tourne actuellement autour de 1,50% en moyenne) on peut être tenté d’investir dans l’immobilier histoire de se constituer un patrimoine qui apportera des revenus complémentaires une fois le crédit soldé, les mensualités du crédit étant compensées par le loyer versé par le locataire.
Mais les loyers, une fois déduits charges et intérêts, vont entrer dans les revenus du contribuable, augmentant par la même son revenu fiscal de référence, lui faisant payer plus d’impôts. Et qui dit hausse du revenu fiscal dit que ce contribuable ne bénéficiera sans doute pas de la suppression de la taxe d’habitation.
Et ne parlons pas de la taxe foncière, cette épée de Damoclès au dessus de la tête de tout propriétaire, dont le calcul n’a pas été revu depuis plusieurs décennies : si le gouvernement venait à décider de mettre à jour l’assiette de calcul il s’ensuivrait une très forte hausse de la taxe foncière partout en France, avec des doublements, voire plus, des sommes payées chaque année.

Malgré tout un bon investissement immobilier, par exemple un petit immeuble de 2 à 4 logements, payé à un prix très raisonnable peut s’avérer être un bon investissement. Non seulement les revenus dépasseront le montant des mensualités mais une fois le crédit payés les loyers constitueront un complément de revenu ou de retraite non négligeable.
A noter qu’il est également possible d’investir dans l’immobilier sans acheter un bien que l’on devra gérer en achetant des parts de SCPI : cela permet d’acquérir de l’immobilier avec un ticket d’entrée bien plus bas, de l’ordre de 10.000 euros tout en bénéficiant d’un taux de rentabilité correct, de l’ordre de 5% par an.

Il ne reste qu’à trouver le bien idéal, et le financement. Sur ce dernier point n’hésitez pas à faire jouer la concurrence et à vous informer sur les nombreux sites analysant les crédits immobiliers et les banques.
La banque qui vous financera demandera probablement la domiciliation de vos revenus, ce qui n’est pas un soucis. Sachez que changer de banque est devenu très simple puisque c’est la banque vous accueillant qui se charge de toutes les formalités pour vous, et cela sans aucun coût pour vous, ni de la part de la banque dont vous partez ni de la part de celle où vous arrivez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *