Optimiser la rémunération de ses liquidités

Il est loin le temps des rendements annuels de 10%, aujourd’hui placer ses liquidités tout en bénéficiant d’une disponibilité quasi immédiate est devenu rare.
Qui plus est la fiscalité est plus ou moins forte selon le type de produit et la voie de détention. Aussi est-il de plus en plus difficile de trouver le produit qui offrira à la fois une rémunération de ses liquidités « correcte » alliée à une fiscalité non confiscatoire, une disponibilité correcte, ainsi que d’autres facteurs propres à chacun tels que la transmission ou la protection du conjoint en cas de décès.

Comment optimiser la rémunération de ses liquidités

La variété des placements est large, des produits d’épargne de type livrets d’épargne à l’immobilier, en passant par la bourse, les parts de SCPI, l’assurance-vie ou encore les fonds d’investissement.
Avant de choisir entre un produit ou un autre il convient de bien connaitre chaque produit, tant en terme d’objectif de rémunération qu’en terme de fiscalité notamment. En effet, en fonction de la fiscalité pesant sur un produit, entre l’imposition fonction de la tranche d’imposition de l’investisseur (jusqu’à 45%) et les prélèvements sociaux (actuellement de 15,5% et qui pourrait bien augmenter prochainement), une rémunération brute annuelle qui peut sembler attractive va en fait se révéler très faible. Il convient donc souvent de se faire accompagner lorsque l’on souhaite placer son argent afin d’avoir le rendement net (et non pas le brut) et de choisir un produit adapté à son statut et sa situation personnelle, fiscale ou encore à son statut d’investisseur.

Et ce qui est valable pour les particuliers l’est également pour les professionnels et les entreprises à qui les banques ne proposent quasiment aucune solution leur permettant de rémunérer leur trésorerie.
A part les dépôts à terme (DAT), qui ne rapportent guère que 0,50% par an, les banques ne proposent rien.
Hors, placer sa trésorerie d’entreprise à des taux bien plus élevés est possible, notamment en optant pour des fonds spécialisés offrant de 1 à 4% par an en fonction du support et de la durée durant laquelle on accepte de bloquer l’argent (cout, moyen ou long terme).

On le constate, en faisant appel à des conseillers spécialisés dans les placements financiers, une personne physique ou morale pourra bénéficier d’une analyse de sa situation, notamment fiscale, et de ses objectifs qui permettra de lui conseiller les produits qui lui sont les plus adaptés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *