Immobilier 2016 : quels changements ?

Après une année 2015 rassurante pour le secteur de l’immobilier, 2016 arrive à grands pas et avec lui, son cortège de modifications. Le prêt à taux zéro va grandement évoluer, tandis que la loi Pinel et l’éco PTZ sont prolongés.

Immobilier 2016 : ce qui va changer

L’annonce a été faite par le président de la République lui-même. Afin de soutenir la reprise, certes timide, du marché immobilier, le gouvernement a décidé de réformer le prêt à taux zéro (PTZ) dès le 1er janvier 2016. Comme son nom l’indique, le PTZ est un prêt sans intérêt, permettant de financer en partie l’achat de sa résidence principale.

Principale évolution, l’assiette de financement du PTZ passe de 20 à 40% du prix total du logement. De quoi réduire grandement le montant des intérêts des autres sources de financement. Autre changement, le PTZ est maintenant éligible à l’ensemble du territoire, contre 6 000 communes auparavant. L’objectif est clair : favoriser l’accession à la propriété des primo-accédants, et donc des plus jeunes.

Le succès de la loi Pinel se confirme

Vaisseau amiral des dispositifs d’incitation à l’investissement immobilier, la loi Pinel semble avoir trouvé son rythme de croisière. Et c’est peu dire que la partie était loin d’être gagnée lors de sa promulgation, en septembre 2014. Mais les bénéfices de la loi de Sylvia Pinel ont clairement rassuré – et satisfait – les investisseurs : trois périodes locatives pour trois réductions d’impôt (12% pour 6 ans, 18 pour 9 et 21% pour 12 ans) et la possibilité de louer à ses ascendants et/ou descendants. Depuis, les mises en chantier de logement sont reparties à la hausse, après des années catastrophiques pour la construction. Preuve de son succès, la loi Pinel a été prolongée à l’identique pour l’année 2016.

Autre dispositif à succès, l’éco prêt à taux zéro (éco PTZ). Ce prêt ne produit pas non plus d’intérêt, mais il est réservé aux travaux permettant de réduire la consommation énergétique des logements (système de chauffage, meilleure isolation…). Son montant maximum est de 30 000 euros. La loi de Finance 2016 acte sa prolongation jusqu’au 31 décembre 2018. Attention toutefois, les critères à respecter pour en profiter sont assez précis. Si les taux d’intérêt – pour les prêts classiques – se maintiennent aussi bas, 2016 pourrait être une année faste pour l’immobilier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *